Pour trouver l’origine du Réseau d’Information et de Prévention de la Myopatie Atypique des Équidés il faut remonter en novembre 2016, quand j’ai entendu parler pour la première fois de la Myopathie Atypique des Équidés (M.A.E) grâce à mon vétérinaire.

Cet automne là il a eu au moins 275 équidés touchés par la MAE en Europe, dont 181 en France. (cf fiche #1)

A l’époque je me suis renseignée sur la maladie et j’ai constaté qu’il y avait beaucoup de littérature à ce sujet. Constat assez étonnant car, quand j’en ai parlé autour de moi peu de personnes connaissaient cette maladie….et encore moins y croyaient.

Alors, j’ai émis l’hypothèse que la MAE était peu connue car les informations étaient difficiles à trouver. En vérité, il existe de nombreux sites internes très complets sur le sujet, mais pour ça : il faut lire beaucoup et faire des recherches, donc avoir du temps et de la motivation.

Une année est passée, année durant laquelle j’ai observé, à mon échelle, l’évolution de cette maladie: dans la réalité, sur les réseaux sociaux et dans les recherches scientifiques. Beaucoup de progrès ont été faits….mais au final toujours ce même constat : peu de personnes connaissent et encore moins y croient.

C’est de ce constat que l’idée du Réseau d’Information et de Prévention de la Myopathie Atypique des Équidés (RIP-MAE) est née. Je me suis dit que si les informations étaient plus facile à trouver et plus facile à comprendre, alors peut être et je dis bien peut-être, elles se transmettraient plus facilement.

La transmission des connaissances relatives à la MAE est un point important. Car la maladie n’a actuellement aucun remède connu, le seul antidote c’est la prévention. Sauf que pour prévenir la maladie : il faut la connaître.

On ne peut pas protéger son cheval de ce que l’on ignore.

Alors voilà comment, un an et demi plus tard, le RIP-MAE.fr a été créé.

Annelyse du RIP-MAE.fr

2 commentaires sur “L’histoire du RIP-MAE

  1. Bonsoir Madame,
    Merci pour votre intérêt sur ce sujet !
    Ma jument est morte de cette grave maladie mortel elle avait 5 ans 6 mois et 4 jours Le jours ou j’ai du abrégée ses souffrances après plus de 24h00 en soin intensifs dans la meilleur clinique de Haute-Savoie.
    Et je me suis rendue compte que même les vétérinaire n’étaient pas hyper réactif sur les signes cliniques en ayant cette maladie bien à l’esprit !!!
    Car dans un premier temps c’est relié à la faune et flore du secteur où l’on est avec son cheval etc…
    Effectivement les propriétaires dans l’équin de son pas réellement au courant de la maladie donc encore moins de l’aspect préventif ultra important.
    Je me suis beaucoup documentées sur le sujet pour comprendre et pour pouvoir faire ce deuil si extrêmement dur pour moi !
    Voilà je voulais vous faire part de mon histoire et l’importance de l’aspect préventif à communiquer vraiment partout . ( même ,et, surtout je dirai pour les gardiens d’équidés des propriétaires pour qu’ils puissent le prendre au sérieux )
    virginie

    1. Merci Virginie pour ton témoignage.
      Je suis vraiment désolée pour ta jument.
      Il est vrai que l’on découvre la MAE de manière bien trop brutal dans la plupart des cas.
      J’espère que dans l’avenir nous serons tous plus informé.e.s sur cette intoxication.
      Bon courage pour continuer tes aventures équestres.
      Annelyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *